Présentation

1. Contexte du projet gflowiz (2018-2019)

gFlowiz est un projet de type Initiative ciblée de recherche financée par l’IFSTTAR. Elle porte sur la conception et le développement d’une application de géovisualisation de données de flux devant permettre d’analyser les déterminants géographiques de la mobilité spatiale. Pour cela, elle ambitionne d’explorer et de représenter graphiquement des données décrivant des interactions spatiales, selon différents points de vue, en s’intéressant, d’une part, aux problématiques d’échelles spatiales spécifiques à certains jeux de données (à l’échelle mondiale et à l’échelle locale intra urbaine), d‘autre part, à la temporalité des flux.

La particularité de cette initiative est de s’inscrire dans un contexte interdisciplinaire à différente échelles : au niveau de l’IFSTTAR, gFlowiz s’inscrit à l’interface des champs de recherche des départements Aménagement, Mobilité, Environnement (AME) et Composants et Systèmes (COSYS) ; au niveau national, le projet se nourrit d’une collaboration inter instituts de recherche (IFSTTAR Marne-la-Vallée et CNRS Toulouse) et au niveau académique, l’application concerne l’impératif de représentation des résultats de la recherche, dans le cadre de développements pouvant être considérés comme transversaux à différents thèmes (habitat, environnement, mobilités, transport, …), interdisciplinaires par essence, pour relever de champs propres aux Sciences humaines et sociales et aux Sciences pour l’ingénieur (géographie, démographie, sociologie, économie, agronomie, biologie, environnement, géomatique, informatique appliquée, statistiques, , …).

2. Enjeux et défis

Sur le plan scientifique, gFlowiz s’inscrit dans le nouveau paradigme de la « cartographie de visualisation » introduit par Mac Eachren dès 2004. Cette nouvelle vision consiste à combiner au sein d’une même interface les deux piliers de la représentation : la (géo)visualisation et le traitement amont des données correspondantes.

L’enjeu principal de gFlowiz consiste à suivre ce fil, en s’appuyant sur les possibilités technologiques actuelles, en particulier celles qui sont offertes par les nouvelles bibliothèques de visualisation et de cartographie web.

La valeur ajoutée de gFlowiz – par rapport à l’existant en termes de cartographie web – porte sur la proposition d’une application permettant à la fois d’analyser, d’explorer, de visualiser et de représenter différentes dimensions des mobilités spatiales agrégées, de manière concomitante ; les applications existantes étant soit cantonnées à l’une ou l’autre de ces actions (analyse versus représentation) soit focalisées sur les lieux (et non sur leurs interrelations et interactions). gFlowiz ambitionne aussi de contribuer à lever un verrou dans la géo visualisation d’un type particulier de phénomène, le mouvement observé dans l’espace géographique.

Le défi de gFlowiz consiste donc à proposer via une interface web unique, un ensemble d’outils d’analyse et de représentation innovant, pour les Matrices d’Information Géographique (MIG), sur les plans méthodologiques (articulation de plusieurs dimensions, interactivité, animation), techniques (facilité d’exploration, fluidité de l’affichage, etc.) dans une configuration simple facilitant leur appropriation par différents publics (académiques, institutionnels, socio-économiques, scolaires…).

3. De gflowiz à TTT (2020-2021)

Pour sa troisième année consécutive, le projet gflowiz, toujours financé principalement par la direction scientifique de l’Université Gustave Eiffel (UGE, anciennement IFSTTAR) évolue et s’enrichit.

Il démarre une seconde phase avec l’ouverture d’un nouveau chantier de recherche et développement intitulé TTT (Tribute to Tobler), fondé sur les travaux de Waldo Tobler mobilisables avec les outils et technologies actuels.

Waldo Rudolf Tobler (1930-2018) était un géographe et cartographe américano-suisse, un pionnier et un auteur majeur des théories, méthodes et outils de l’analyse géographique. Ses travaux comptant plus de 300 références identifiées, ont porté, d’une part, sur l’introduction de concepts et méthodes dans les champs de l’analyse des interactions spatiales ; de la cartographie thématique ou statistique ; de la généralisation cartographique, de l’interpolation et du lissage cartographique ; des transformations cartographiques de positions (projections) ; d’autre part sur le développement des outils de type Systèmes d’information géographique qui sont à l’origine des dispositifs de webcartography actuels.

L’ouverture de la branche TTT conduit au renforcement de l’interdisciplinarité du projet, en accueillant de nouveaux collègues dans le cadre d’une Collaboration structurante de recherche (csr) initiée dans un premier temps pour deux ans (2020-2021).

TTT est désormais porté par un collectif composé (par ordre alphabétique) de : Françoise Bahoken (UGE / AME), Anne-Christine Bronner (CNRS / SAGE), Étienne Côme (UGE / COSYS), Laurent Jégou (Université Toulouse 2 / CNRS / UMR 5193 LISST) et Nicolas Lambert (CNRS / RIATE).

Trois lignes directrices devraient structurer les deux prochaines années, dans la lignée des années précédentes :
– ouverture d’un chantier de recherche et de développement informatique autour des travaux de Waldo Rudolf Tobler (2020-2021) ;
– assurer la maintenance, la consolidation et l’amélioration continue de arabesque ;
– enrichir le corpus d’applications d’un geoweb des flux et poursuivre son analyse.