Panorama du geoweb des flux

La réalisation d’une liste de 80 documents dédiés à la représentation de données de flux et réseaux spatialisés (consultable ici) a fait d’une classification statistique afin d’en réaliser une « cartographie » des communautés.

Il nous a en effet semblé important de dresser un panorama d’un geoweb qui serait spécifique à la représentation de ces données bi-localisées, dans l’espace géographique. L’objectif principal était d’aller au-delà des questionnements récurrents liés à l’ouverture des données (géo)numériques correspondantes., à l’importance de leur exploration de manière complémentaire aux données localisées, pour l’analyse en général (géographique, démographique, économique, environnementale, …).

L’éclairage ainsi apporté par le panorama issu de cette typologie révèle les pratiques cartographiques actuelles, liées au web 2. Le premier niveau d’investigation fait état de trois grandes familles d’applications de web cartographie des flux.

Plan des trois clusters formant le corpus d’applications. Gflowiz (2019). CC-BY-SA

Le premier cluster se compose de 46 applications. Sa représentation principale est la carte de flux origine-destination, avec un lien pondéré. Les dispositifs concernés proposent une vue principale décrivant des déplacements immatériels. Elle est accompagnée de plusieurs types de représentations secondaires, qui mobilisent quelques indicateurs statistiques.

Le deuxième cluster diffère fortement du précédent, avec une vue principale qui est le réseau planaire, avec un lien en implantation polylinéaire . Les applications ne présentent généralement pas de calcul d’indicateurs associés. Elles relèvent surtout du domaine du transport ou de la thématique de l’accessibilité à des réseaux.

Le troisième cluster est formé d’un sous-groupe d’applications mobilisant un lien pour symboliser un réseau non planaire. Elles sont produites exclusivement dans un contexte de recherche et représentent plutôt des réseaux d’acteurs structurés par des relations sociales, notamment scientifiques. Ce cluster est significativement associé à des représentations graphiques mixtes de type graphe, carte, diagramme.

Si le corpus apparaît plutôt hétérogène, cette première typologie montre notamment que ces trois types d’applications traduisent avant tout des objectifs de représentations fondamentalement différents, en lien avec le type d’information mobilisé.

« Ainsi, les réseaux de relations sociales s’expriment majoritairement sous la forme de graphe (non planaire, immatériel) ; les déplacements locaux sont représentés sur des cartes de flux affectés ou sous la forme de réseaux planaires, tandis que les déplacements qui s’expriment à plus longue distance sont représentés, quant à eux, sous la forme de cartes de flux origine-destination. Peu d’applications semblent complètement inscrites dans le paradigme de la « cartographie de visualisation » tel que défini par Mac Eachren (2004). Celles qui ont été recensées ici sont rarement associées à des possibilités de traitement amont des informations statistiques et géographiques. Et pourtant, l’heure semble être au développement de représentations techniquement plus abouties qui laissent entrevoir des possibilités intéressantes sur le support web 2.0. (…) »

Une présentation plus complète de cette première analyse est actuellement sous presse dans la revue Géomatica : Typologie d’un geoweb des flux et réseaux. A suivre …