Gflowiz sur Hypotheses

Ce carnet de recherches, issu de la migration du site précédemment hébergé à l’adresse suivante http://37.187.79.5/gflowiz/.

Il contient de fait les mêmes informations, poursuit les mêmes objectifs, à savoir présenter les travaux d’un collectif pluridisciplinaire (géographie, cartographes, géomaticien.ne.s, informaticien.ne.s, statististicien.ne.s) organisé autour de l’exploration, de l’analyse et de la représentation cartographique de données décrivant des flux, des réseaux ou des mouvements dans le web.

[Appli] Geovisualiser des Dépl.domicile-travail (AURH)

L’agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’estuaire de la Seine (AURH) propose une infrastructure de géo visualisation d’une vingtaine d’indicateurs de données géographiques : Données clés de l’Estuaire de la Seine présentant différentes cartes thématiques parmi lesquelles des Cartes de mobilités.

L’onglet qui leur est dédié propose plusieurs possibilités de représentation animée de flux, issu du fichier Mobilités professionnelles (MOBPRO, INSEE, 2014) des flux de plus de 100 personnes.

La (capture d’une) représentation de l’ensemble des navettes du territoire estuaire de la Seine incluant Paris présente une symbologie (en vrai, animée) innovante et une sémiologie du flux plutôt riche.

En y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il s’agit de particules qui se déplacent le long d’une « ligne de flux » (lien reliant un couple de lieux d’Origine et de Destination, OD). Ces particules prennent la forme de triangles évidés, des têtes des flèches symbolisant l’orientation de ces flux. Ces triangles présentent par ailleurs des Tailles variées qui renseignent sur la valeur du flux , en proportion du corps de la flèche (le lien) dont la largeur varie également via l’application de la Taille et l’opacité .

Ce qui gène un peu, c’est le fait que la taille des liens reste fixe lorsque les triangles vont d’une O à une D et inversement.

La variation des triangles selon le sens de leur déplacement est liée à celle du lien correspondant. L’asymétrie des données est bien conservée dans la représentation des têtes des liens ; elle est hélas peu visible directement sur les corps, en raison d’un effet de superposition des liens. On comprend alors que le choix de variations d’opacité de la teinte a justement et logiquement pour objectif de gérer cette superposition.

Les onglets des flux entrant / sortants présentent des cartes de flux qui sont très filtrées, presque trop, tels ceux-ci :

Aller sur l’application : http://donneescles.aurh.fr/pub/carto.php?id=c07

Billet initialement publié sur SeenThis : http://seen.li/flfm

#cartedeflux #flowmap #application #LeHavre #MOBPRO #liens #flèches #triangle #particules #animation #AURH #gflowiz

[Appli] Visualiser des mobilités résidentielles (CGET)

Le dernier rapport du CGET, présenté sur le site de l’Observatoire des territoires est accompagné de plusieurs add-on remarquables, parmi lesquels :

  • une application de visualisation interactive de certaines des cartes de flux du rapport et un package d’analyse statistique de flux origine-destination développé.e.s par Matthieu Garnier @matamix et Joël Gombin (@joelgombin, Datactivist). L’application, disponible ici propose de visualiser de manière plutôt esthétique une synthèse de certains indicateurs.
  • Le package migR associé fait l’objet d’un dépôt sur Github. Il propose de faciliter l’exploitation du fichier détail Migrations résidentielles (MIGRES) en calculant des matrices de flux et différents indicateurs permettant de décrire ces mobilités spatiales.
  • Le rapport propose également plusieurs représentations cartographiques, pour une analyse de ces mobilités à différentes échelles.
  • Du point de vue des lieux, mentionnons ce premier extrait d’une collection de cartes lissées décrivant « Taux d’évolution de la population due au solde migratoire apparent (moyenne annuelle) en %, par commune », à plusieurs dates.
  • A noter également, cette carte du solde migratoire des métropoles, mobilisant des cercles superposés, qui apparaît assez difficile à lire, c’est un peu dommage.
  • Du point de vue des flux, il y a, bien entendu, la carte du volume bilatéral de migrations inter départementaux, plutôt réussie.

Elle est suivie d’une analyse cartographique qui décrit notamment des relations préférentielles…

Enfin, la représentation de champs vectoriels, chers à l’INSEE qui représentent les flux entrants (ou sortants) d’un département, respectivement depuis ou vers les autres départements français (ici, l’exemple de l’Isère) sont proposés et cela, pour l’ensemble des départements métropolitains et outre-mers.

Toutes ces cartes sont disponibles sur l’application dédiée.

En savoir plus, sur le site du Rapport de l’observatoire des territoires.

#mobilites #migrations #residentielles #cartedeflux #flowmap #CGET #INSEE #cartostats #migR #R #France

Billet initialement publié sur SeenThis : http://seen.li/gcqu

Exploration des données : dashboard interactif

Pour explorer les informations collectées sur ces applications, un tableau de bord interactif. initialement développé par Alain Nguyen sur R/Shiny en 2018 a été réalisé. Elle a été complétée avec R / Flexdashboard pour Shiny, puis sa structure légèrement modifiée pour aboutir à la seconde version, actuellement en ligne, développée et maintenue par Grégoire Le Campion.

La liste actuelle des pages et des sites web dédiés à la représentation de données de flux et de réseaux est désormais consultable via ce tableau de bord interactif, accessible sur la plateforme Humanum ici.

Deux possibilités d’exploration sont proposées.

La première possibilité est accessible sur la partie latérale gauche, elle permet de sélectionner la ou des variables à visualiser, sur la partie centrale de l’interface.

La seconde possibilité de filtrage permet d’explorer le résultat du croisement entre une sélection de variables (domaine, contexte de développement, type de représentation principal…) et quelques grands thèmes de la grille disponibles sur la partie haute de l’interface.

Le résultat de ces différents filtrages peut être exporté sous différents formats de fichiers (csv, …).

Cette liste étant ouverte, il est possible de la mettre à jour ce tableau de bord si de nouvelles applications viendraient à être analysées, sa mise étant automatisée (voir la section dédiée au code source).

Archivage et structuration des données

Les pages et sites web repérées ont été répertoriés dans un tableau général permettant de les décrire de manière systématique à partir d’une grille de lecture fine (voir ci-dessous) explorable via un tableau de bord, réalisés dans le cadre du stage de Alain Nguyen (2018).

Chacune des applications est ainsi décrite selon en 6 thèmes que sont :

  1. Contexte et sujet qui fournit des informations sur le contexte de développement : l’auteur et son affiliation (publique, privée), le domaine (aménagement, transport, démographie…), le type de déplacement analysé, la thématique et une brève description de l’application.
  2. Type de représentation principale de l’application (une carte de flux ou un graphe de réseaux) et le nombre de figures proposées, les fonds cartographiques mobilisés et les données numériques correspondantes (brutes ou non, indicateur ou non)
  3. Qualité logicielle : correspond aux ressources mémoire consommées par l’application (en Mo), à sa compatibilité avec les différents navigateurs Web (Mozilla, Google Chrome, Opéra, Internet Explorer, Safari) ;
  4. Public visé par l’application : grand public, initiés
  5. Technologies mobilisées à savoir le langage de développement utilisé (JavaScript, …), les API/Bibliothèques/extensions (D3.JS, Bootstrap.js, Jquery, Topojson.js, etc.) ; les fonctionnalités (Zoom, déplacement, filtrage des données, sélection de couches, …), la gestion de la dimension spatiale (1D, 2D,3D, 3DGlobe), la présence de fonds de cartes externes ou non, la gestion des données numériques (incluant des mises à jour, leur fréquence, ou non) ;
  6. Métadonnées sont relatives aux caractéristiques générales de l’application : la langue utilisée (anglais, français,…), la stratégie commerciale (gratuite, …), la licence, la date de mise en ligne, le lien vers le code source (si disponibles) et la bibliographie associée.

Ce travail a bénéficié d’un soutien financier complémentaire du Projet fédérateur Mobilités et transitions numériques (PF MobTransNum) de l’IFSTTAR.

Éléments sur la collecte des applications web

Cette page présente la liste des applications web de géo visualisation de flux et de réseaux, arrêtées à la date de juin 2019. Leur exploration est possible via grâce à un tableau de bord interactif (présenté à la section 3.)

Éléments sur la collecte des applications web

La méthode générale de collecte est une fouille manuelle réalisée régulièrement sur le web, à l’aide de mots-clés récurrents tels que a minima #flowmap ou #réseaux #flux. Cette recherche est associée à une curation quasi systématique en ligne, d’abord via Scoop-it de mai 2015 à avril 2018 – date de la fermeture de la version gratuite, car trop fournie – puis via SeenThis, une plateforme libre et collaborative sur laquelle l’ensemble des sites a pu être transféré afin de poursuivre l’archivage, grâce au support technique de Philippe Rivière (VisionsCarto).

Cette méthode a permis de collecter environ 70% de la site actuelle ; les autres sites l’ayant été directement.

Contre toute attente, l’hypothèse d’origine, selon laquelle le développement d’un geoweb spécifique aux flux et réseaux localisés repositionne les cartes correspondantes dans le paysage géonumérique actuel est largement validée. L’informatisation apparaît profiter à l’analyse (carto)graphique de ce type de données, surtout depuis les années 2010 (voir figure ci-dessous).

Annee des applications web

La forte croissance apparente du nombre d’applications est à nuancer, dans la mesure où le mode de collecte largement artisanal ne permet pas de réaliser un bilan exhaustif de ces applications, ni d’estimer leur part par rapport à un ensemble de sites de cartographie 2.0. La figure précédente décrit surtout l’évolution des mises en lignes d’applications web que nous avons pu repérer.

Arabesque, l’application web issue de gflowiz

Arabesque est l’application d’exploration et de géovisualisation développée dans le cadre du projet gflowiz.

La première version de son interface est actuellement composée de trois parties : à gauche, une zone de gestion des couches géographiques à afficher et à symboliser ; au centre, un espace d’exploration cartographique ; à droite, une zone de sélection et de filtrage des données.

Arabesque sera présentée prochainement lors de la Conférence SAGEO 2019 lors d’une démonstration programmée le vendredi 15 novembre. Une prise en main est par ailleurs organisée lors de la session GEOWEB-gflowiz du 13 novembre. Voir la page de la session pour en savoir plus.

[Appli] Die Millionen, die gingen

Die Millionen, die gingen est la 80e application que nous avons pu recenser dans notre liste !

Ces flux de millions d’allemands de l’est qui s’en sont allés … est une très belle application réalisée par Christian Bangel, Paul Blickle, Elena Erdmann, Philip Faigle, Andreas Loos, Julian Stahnke, Julius Tröger und Sascha Venohr.

Cette application publiée en ligne, sur le site du journal die Zeit.

Depuis la chute du communisme, des millions de personnes ont en effet quitté l’Allemagne de l’est, ce qui déclencha « une crise démographique » sans précédent. Le journal raconte en effet comment le chef de l’État allemand chanta l’hymne national sur le balcon du Reichstag le 3 octobre 1990, pendant que les allemands célébraient leur réunification.

Die Zeit a par ailleurs collecté des données décrivant de l’ordre de 6 millions de « délocalisations » correspondant aux mobilités résidentielles est-ouest entre 1991 et 2017. L’analyse réalisée permet de montrer qu’un quart de la population de l’Allemagne de l’Est s’est « déplacée » vers l’Ouest, ce qui correspond à 3 681 649 personnes venant de toutes les régions.
Cette migration n’a pas été soudaine, elle prend la forme de vagues que l’application met bien en évidence. Interactive et sur le modèle de la storymap, elle relate cette migration par le recours à une cartographie statique (choroplèthe) et animée, en utilisant harmonieusement le procédé des particules.

Différents diagrammes catégoriels et temporels sont également disponibles pour décrire cette migration, comme celui-ci.

Les données collectées en réalité depuis 1957 permettent ainsi de mettre en perspective graphiquement cette très longue histoire de la migration allemande impliquant la RDA (avec Berlin-Est), les États territoriaux est-allemands ultérieurs et l’Ouest.

En savoir plus : https://www.zeit.de/politik/deutschland/2019-05/ost-west-wanderung-abwanderung-ostdeutschland-umzug

Billet initialement publié sur le réseau social SeenThis.

#application #flux #flowmap #cartedeflux #geoweb #Deutschland #migrations #chutedumur #particules #migrations #delocalisations

[Appli] Exploration d’une application du geoweb

Un étudiant en Master 2 Géomatique Master 2 SIGAT de l’Université de Rennes 2 a entrepris de développer une application d’exploration cartographique en ligne de données de flux, fondée sur la technologie Deck.Gl.

deck_mobiliPro est proposée sur le dépôt de son auteur, ici.

Les données des mobilités professionnelles intercommunales de la Bretagne font ainsi l’objet d’une exploration des flux entrants et sortants. l’auteur nous ayant fait la demande d’une recension de ses aspects cartographiques, elle est présentée sur le carnet Néocarto, ici.

Cette application sera prochainement ajoutée à notre liste.