Archivage et structuration des données

Les pages et sites web repérées ont été répertoriés dans un tableau général permettant de les décrire de manière systématique à partir d’une grille de lecture fine (voir ci-dessous) explorable via un tableau de bord, réalisés dans le cadre du stage de Alain Nguyen (2018).

Chacune des applications est ainsi décrite selon en 6 thèmes que sont :

  1. Contexte et sujet qui fournit des informations sur le contexte de développement : l’auteur et son affiliation (publique, privée), le domaine (aménagement, transport, démographie…), le type de déplacement analysé, la thématique et une brève description de l’application.
  2. Type de représentation principale de l’application (une carte de flux ou un graphe de réseaux) et le nombre de figures proposées, les fonds cartographiques mobilisés et les données numériques correspondantes (brutes ou non, indicateur ou non)
  3. Qualité logicielle : correspond aux ressources mémoire consommées par l’application (en Mo), à sa compatibilité avec les différents navigateurs Web (Mozilla, Google Chrome, Opéra, Internet Explorer, Safari) ;
  4. Public visé par l’application : grand public, initiés
  5. Technologies mobilisées à savoir le langage de développement utilisé (JavaScript, …), les API/Bibliothèques/extensions (D3.JS, Bootstrap.js, Jquery, Topojson.js, etc.) ; les fonctionnalités (Zoom, déplacement, filtrage des données, sélection de couches, …), la gestion de la dimension spatiale (1D, 2D,3D, 3DGlobe), la présence de fonds de cartes externes ou non, la gestion des données numériques (incluant des mises à jour, leur fréquence, ou non) ;
  6. Métadonnées sont relatives aux caractéristiques générales de l’application : la langue utilisée (anglais, français,…), la stratégie commerciale (gratuite, …), la licence, la date de mise en ligne, le lien vers le code source (si disponibles) et la bibliographie associée.

Ce travail a bénéficié d’un soutien financier complémentaire du Projet fédérateur Mobilités et transitions numériques (PF MobTransNum) de l’IFSTTAR.

Éléments sur la collecte des applications web

Cette page présente la liste des applications web de géo visualisation de flux et de réseaux, arrêtées à la date de juin 2019. Leur exploration est possible via grâce à un tableau de bord interactif (présenté à la section 3.)

Éléments sur la collecte des applications web

La méthode générale de collecte est une fouille manuelle réalisée régulièrement sur le web, à l’aide de mots-clés récurrents tels que a minima #flowmap ou #réseaux #flux. Cette recherche est associée à une curation quasi systématique en ligne, d’abord via Scoop-it de mai 2015 à avril 2018 – date de la fermeture de la version gratuite, car trop fournie – puis via SeenThis, une plateforme libre et collaborative sur laquelle l’ensemble des sites a pu être transféré afin de poursuivre l’archivage, grâce au support technique de Philippe Rivière (VisionsCarto).

Cette méthode a permis de collecter environ 70% de la site actuelle ; les autres sites l’ayant été directement.

Contre toute attente, l’hypothèse d’origine, selon laquelle le développement d’un geoweb spécifique aux flux et réseaux localisés repositionne les cartes correspondantes dans le paysage géonumérique actuel est largement validée. L’informatisation apparaît profiter à l’analyse (carto)graphique de ce type de données, surtout depuis les années 2010 (voir figure ci-dessous).

Annee des applications web

La forte croissance apparente du nombre d’applications est à nuancer, dans la mesure où le mode de collecte largement artisanal ne permet pas de réaliser un bilan exhaustif de ces applications, ni d’estimer leur part par rapport à un ensemble de sites de cartographie 2.0. La figure précédente décrit surtout l’évolution des mises en lignes d’applications web que nous avons pu repérer.